CAMBOURNAC Jean-Pierre



Ma vocation d’architecte est née quand j’étais encore au lycée Carnot où l’ingénieur Eiffel avait tracé un plan formel et une charpente métallique rare à son époque (1880).

En 1958, j’ai collaboré avec l’architecte Georges Peynet, spécialiste des cinémas en particulier sur le projet de la Salle du Paquebot France.

Après un court passage chez Maurice Rotival, CITY PLANNER dont l’agence était active de chaque côté de l’Atlantique, M.R. me décida à venir à son agence de Manhattan pour y dessiner une perspective aérienne du futur Sao Paolo.

Ensuite, je dû me rendre au Mexique pour renouveler mon visa d’immigrant temporaire

En 1963, Wallace Harrison me fit découvrir l’organisation de son agence (une centaine de personnes), située au Rockfeller Center, et il me manifesta une grande confiance en me demandant de réfléchir sur le Projet du franchissement très complexe de la rivière Hudson par les automobiles aux « heures de pointe » (6000 véhicules par heure).

Rentré en France, j’ai terminé mon École à Paris.

En 1967, j’ai obtenu mon diplôme d’architecte auprès de Paul la Mache, notre vénéré Patron, sur le sujet « qu’adviendra-t-il des édifices communaux après la décentralisation ».

En 1969, avec mon confrère et ami de toujours Alain Huber, nous avons créé l’Atelier 2A Architecture et Aménagement. Le nom devait marquer notre volonté de ne pas rester à l’écart de notre formation initiale, l’urbanisme et la coordination modulaire (sujets de prédilection de mon associé).

Je veux rester taiseux en ce qui concerne la production architecturale de notre équipe parce que le temps qui passe gomme les joies éphémères des projets salués trop tôt par les feux de la communication. Nous avons laissé nos empreintes ici, et parfois même au-delà de nos frontières, avec toujours comme devise le message de notre « Patron » : « ce que vous concevez, faites le bien et en toute humilité ». C’est peut-être ce chemin qui m’a conduit à l’Académie rejoindre des confrères qui partagent cette vision de notre métier.