CONSTANTIN Albert



Né à Lyon en 1947, après des études à l’école d’architecture de Lyon, il est diplômé en 1974. Il rentre à l’Académie d’Architecture en 2002.
Il crée en 1977, à Bron, son agence et profite quelques années plus tard de l’ouverture de la commande publique aux jeunes architectes pour répondre à de nombreux concours.
Il gagne en 1985 son premier concours l’usine SNECMA au Creusot, qui sera remarquée par la presse spécialisée. Dès lors, il développe son activité dans le milieu industriel et tertiaire de l’aéronautique. On lui confie le siège mondial de Messier-Bugatti à Vélizy, l’usine Sochata spécialisée dans la réparation de moteurs d’avion à Saint-Quentin-en-Yvelines, puis la Direction de l’Après-Vente Civile (DAVC) de la SNECMA.
En 1990, il crée, à Lyon, L’Atelier de la Rize architectes et réalise la restructuration de la Manufacture des Tabacs pour y accueillir l’université Jean Moulin Lyon III. Cette expérience l’amène à investir le champ de la mutation des bâtiments patrimoniaux : la restructuration du stade de Gerland de Tony GARNIER pour la coupe du monde de 1998, la mutation de l’Hôtel des Postes en Archives Municipales et de la Halle Tony GARNIER en salle événementielle polyvalente en 1999.
En 2001, il fusionne son agence avec le groupe AIA pour former AIA – Atelier de la Rize architectes. Cette fusion lui permet d’aborder de nombreux projets hospitaliers comme la clinique du Millénaire à Montpellier, le Pôle Santé Sud au Mans, la transformation et l’extension de l’Hôpital de Sallanches, le groupe hospitalier mutualiste des Portes du Sud à Vénissieux. Dans le même temps, il réalise le village Olympique de Turin dans le remarquable MOI (marché des fruits et légumes) d’Umberto Cuzzi (1932), le Pôle Chimie sur le campus de Saint-Martin-d’Hères, le siège mondial de Sanofi-Pasteur à Lyon, l’Institut National de la Recherche Pédagogique (INRP) à Lyon, le Pôle agro-alimentaire du Grand Lyon à Corbas, le Plateau Technique de Biologie du CHU de Dijon, le Collège de Ceyzériat, et le siège de la CRCI à Lyon.
De 2011 à 2019, il conçoit la réhabilitation du Grand Hôtel Dieu de Jacques-Germain Soufflot à LYON.
Au cours de toutes ces années, il participe régulièrement à des tables rondes, assure des conférences en France et à l’étranger (Montréal, Hambourg,Turin) à l’occasion de symposiums, d’expositions, ou de réalisations, pour développer son approche sur la mutation du patrimoine ou sa conception des bâtiments hospitaliers.
Depuis 2015, il s’attache à la transmission en créant la Maison du Lac ouverte à de jeunes architectes qu’il accueille et accompagne. Sa philosophie : « Apprendre, comprendre, concevoir, réaliser et transmettre ». L’architecture doit engendrer de nouveaux comportements sociaux et humains. Si l’acte de bâtir trouve sa justification dans les besoins de notre société, l’architecture doit dépasser les seuls problèmes de fonctionnalité pour offrir une dimension humaniste et culturelle qui dépasse la fonctionnalité rapidement obsolète. L’architecte doit créer de l’émotion, du sens, des lieux de vie, qui permettent à chacun de s’épanouir et de s’enrichir dans le partage et l’échange.